Soyez sympa, Rembobinez (Be Kind, Rewind) - Ode à la Vie de Quartier


Yo les Bouilles.


Ce week-end j’ai vu "Be Kind, Rewind ", avec Mos Def, Jack Black (un vrai psychopathe aux faux airs juvéniles de Nicholson) et Danny Glover.


Ca parle d’un petit gérant d’une boîte de location de VHS en fin de parcours (Glover), implantée depuis toujours dans un quartier en cours de relooking architectural intégral, qui semble ne devoir sa survie qu’au fait (inventé) d’avoir vu naître un Jazz man célèbre dans ses locaux, et dont la déco est aussi singulière que le maigre éventail de vidéos à louer (tu remplis deux sacs à dos avec).


Parti faire une sorte d’étude de marché pour sauver son biz (à deux doigts d’être détruit par les promoteurs immobiliers), il cède la gestion de son magasin à ses deux jeunes acolytes, Def et Black. Mais l’un d’eux, à la suite d’une tentative de court-circuitage ratée, se chope des ondes qui le rendent magnétique et efface toutes les VHS du magasin. Quelle solution avant le retour de Glover et un éventuel lynchage des clients floués du quartier ???


In extremis et devant l’insistance de ces derniers à vouloir louer certains films, leur viennent en tête l’idée super saugrenue de "suéder" les vidéos (refaire sauce maison un film culte avec les moyens du bord ; caméra léguée par grand-père, ficelles, cartons pâte, costume à base d’ustensiles domestiques improbables), parmi lesquelles, "Rush Hour", "SOS Fantômes" et "Le Roi Lion".


On s’attend à ce que les clients crament le magasin pour publicité mensongère ; au contraire ils approuvent (on reste assez pantois devant le posse de second degré dans le film) et en redemandent. Tout ceci jusqu’au retour de Glover qui, d’abord très old school attaché à son bon vieux magnéto (à tous les coups 1 tête et demi Pal Secam auto-reverse :-P ) et ses VHS sur le déclin (DVD oblige), se voit finalement trop acculé pour tenir tête aux grosses industries.


D’abord supposé être loufoque, "Be Kind Rewind" se veut surtout (pour moi) un hommage aux milliards de cinéastes Youtubistes et autres Dailymotionites amateurs qui s’amusent à parodier les plus grands films avec les moyens les plus limités qui soient, ceci pour le plaisir et aussi le simple amour du cinéma, domaine cloisonné dans lequel si peu de grands talents ont leur chance.


D’abord perplexe par le déroulement de l’histoire (long à la détente, et Mos Def qui, au départ un peu timide dans sa prestation face à celle survoltée de Jack Black, m’a un peu bloqué l’intérêt), mon enthousiasme a surtout été provoqué par l’esprit de solidarité dépeinte dans le film. Supposé être burlesque, j’ai surtout vu "Be Kind Rewind" comme un hommage appuyé et particulièrement touchant à la vie de quartier, l’âme de ceux qui la font et la force, la passion et la détermination avec lesquelles les gens peuvent parfois naturellement s’allier, s’unir, se fédérer pour sauver un commerce, une idéologie, un pilier de leur environnement.


On oublie carrément les individus, on ne voit au final qu’un seul acteur ; la communauté de Passaic du New Jersey.On rêve de voir ça plus souvent (euh ouais mais time-out ; ça veut pas dire que j’vais passer mon sucre à tout l’immeuble non plus ça va pas ou quoi).


A voir. Vous repartirez séduits ;-).

A l'affiche
Posts récents
Archives
SUIVEZ-MOI
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art