Démineurs (... de fond de cave).

... "Démineurs" est d'une platitude monstre avec un début qui démarre en trombe truffé de prises de vue ultra léchées sur la première explosion sur le chef d'équipe des démineurs (Guy Pearce), de plans ralenti super esthétiques sur la poussière qui tressaute sur un véhicule à l'abandon et puis plus rien. Le reste du film et ses extraits de profils psychologiques aussi téléphonés que bâclés s'avère aussi palpitant que la séquence météo du câble qui t'annoncerait du gel sur l'ensemble du globe terrestre.

 

Le chef remplaçant qui débarque avec ses airs de tête brûlée limite sociopathe à la Inspecteur Harry fusion Robocop du désert qui retrouve son humanité le temps d'un clin d'oeil en croyant découvrir le cadavre piégé de son pseudo jeune pote Irakien "Beckham" et qui reprend du service une fois sa mission terminée "parce-que-c'est-plus-fort-que-lui" : désolée mais ce sont pas les films qui ont manqué sur le sujet et qui ont fait preuve de (LARGEMENT) plus de TESTOS dans le traitement.

 

A aucun moment pendant ces deux (internationalement chiantes) plombes de projection ce film ne m'a parlé ; seul Anthony Mackie sort son épingle du jeu dans un film au scénar 10 000 fois vu, revu et surlifté, et primé UNIQUEMENT parce que dépeignant les petits soldats de l'Oncle Sam comme limite humanistes-incompris-marguerite-entre-les-dents dans un pays hostile tout sec tout pas beau où tous les Irakiens sont de sanguinaires petits diablotins phone portable-détonateur au poing.

 

Je cherche encore l'utilité d'y avoir incrusté de grosses pointures comme Ralph Fiennes si ce n'est pour ne les voir que 5 mn et pour rien, ou encore même le fameux David Morse ("Brutus Howell" dans La Ligne Verte) tout aussi éphémère que stéréotypé à mort dans son rôle de sergent couillu, dépourvu d'humanité dès que ça touche l'Irakien et fasciné par le palmarès de déminage de son baroudeur de soldat qui rentre chez lui aussi vite qu'il en repart en larguant femme et enfant pour retourner faire joujou avec des bombes.

 

"Démineurs" n'est rien de plus qu'un best of de clichés politiquement corrects bons qu'à rassurer l'Amérique que "ce qu'elle fait c'est pour le bien de l'Humanité" ; d'où les prix et les consécrations qui pleuvent, car l'Américain, plutôt qu'on le pointe du doigt, préfère largement quand on lui redore son blason de Gendarme du Monde en contreplaqué pour se donner bonne conscience dans le miroir de l'Humanité.

 

Entre un "Jahread", un "Platoon", un "Soldat Ryan", un "Bad Times", un "4 Juillet", un "Brothers" ou bien plus visuellement hardcore encore un "Full Metal Jacket" face à ce "Démineurs", mon choix est sacrément - DEFINITIVEMENT fait.

 

Ça veut dire TOUS sauf le dernier.

 

... Public fraîchement proprio d'enceintes Dolby Surround de salon, cette quiche mal cuite est pour toi.

Please reload

A l'affiche

7. Kogustaki Mucize.

March 30, 2020

1/10
Please reload

Posts récents

March 30, 2020

Please reload

Archives
Please reload

SUIVEZ-MOI
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art