Brooklyn Affairs... Fatigue.

Une preuve de plus qu'un casting de poids ne fait pas forcément un bon film. Malgré toute la bonne volonté d'Edward Norton (passé pour l'occasion derrière la caméra pour son second film), "Brooklyn Affairs", d'un ennui d'une rare puissance, séduit bien plus dans la bande annonce qu'une seule fois au cours de ces 2 h 25 de projection, à cause d'une histoire aussi confuse et décousue que longue et bavarde pour rien. La photographie, la bande son jazzy et la qualité d'interprétation n'empêchent pas le film de virer dans le tout et n'importe quoi, jusqu'à te faire t'interroger sur l'ampleur de l'invraisemblance de ce que t'es en train de te prendre dans la gueule. Tu t'attends à un Forrest

Gemini Man - Le paradoxe Will Smith.

Après l'avalanche de critiques négatives sur Gemini Man, je m'attendais à bien pire que ça. Même si je ne m'explique qu'à moitié l'échec de ce film en salles, ca reste toutefois une œuvre honnête, mais dont l'ensemble parle bien plus qu'il n'agit et endort donc bien plus souvent qu'il n'éveille. D'une qualité visuelle particulièrement scotchante, Gemini Man s'en sort avec de très bons effets spéciaux au niveau du rajeunissement numérique, mais pêche par un manque d'action mal réparti sur pratiquement 2 heures de verbiage et de temps (vraiment trop) morts, rendant le tout malheureusement très inégal. Ça n'en fait pas un navet pour autant, mais un film moins bavard et davantage ancré dan

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art