12 Years A Slave... dans l’intime du SANG qui coule.

A travers le regard très singulier du talentueux Steve McQueen, déjà auteur des très profonds "Hunger" (2008) et "Shame" (2011), c’est avec l’esprit totalement averti sur son univers cinématographique que je suis allée voir "12 Years A Slave". Bien que le jeu soit au départ plutôt romancé pour dépeindre l’existence quasi idyllique de Solomon Northup(1) avant sa mise en esclavage, la suite du film se déroule sur l’écran, comme un rouleau compresseur s’étendrait lentement et sûrement sur un estomac, faisant progressivement suffoquer le spectateur, tout en lui broyant chacune de ses côtes jusqu’au seuil du trépas. Sous les traits somptueusement Africains de l’incontournable Chiwetel Ejiofor (Qu

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art