"J. Edgar", ou comment rendre sympathique un Enfoiré.

J'ai mis du temps avant d'apprécier Eastwood que je trouvais cliniquement ringard du temps de « L'Inspecteur Harry ». Mais j'ai fini, avec le temps (et surtout depuis "Dans La Ligne de Mire"), par accrocher au personnage bougon-sourcils-éternellement-froncés-qui-n'aime-personne. Mais le « J Edgar » qu'il vient de me pondre, là, sera probablement le dernier film que j'irai voir de lui au cinéma. Pas pour ne pas avoir aimé, mais plutôt parce que j'aurai arrêté d'essayer de comprendre l'emballement déclenché par chacun de ses films à leur sortie (ou alors c'est moi qui perds mon humanité, à trouver « normal » ce qu'on célèbre à chaque fois de lui comme étant des « chefs d’œuvres ultimes » ? je

... Toi MA Gueule.

De toutes les gueules qui partagent ta vie et avec qui les autres devront impérativement négocier parce qu'elles passeront toujours après elle, c'est avant tout Celle avec qui tu partageras toutes les tranches d'une vie. C'est Celle avec qui tu te taperas des barres un jour, dans les bras de qui tu t'effondreras demain, que tu consoleras toi-même après-demain et sur qui tu gueuleras sûrement en public trois semaines après. Celle avec qui les embrouilles pourront passer du stade Walt Disneysque au niveau supérieur Quentin Tarantinien (après faut voir l'ampleur de l'embrouille), avec qui « plus jamais » durera jamais plus de 15 jours, Celle qui te saoule à te raconter des blagues et te faire m

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art