Venus Noire... Concession OUT.

En remontant dans ma mémoire, la dernière fois qu'un film a déclenché un tel torrent d'amertume, de colère et de violence en moi c'était "Racines", il y a plus de 20 ans, lorsque Kunta Kinte, qui refusait de se faire appeler "Tobby", a subi le supplice du fouet jusqu'à ce qu'il reconnaisse son nom d'esclave. Sortie de projection de "Vénus Noire", je reste encore sans le verbe, sans la parole ni le sentiment poliment acceptable pour évoquer la profondeur de la colère, et de ce sentiment naissant de haine qui prend racine et menace de fleurir dans mes entrailles. Vénus Noire est un brûlot sur pellicule. Une volée de gants cloutés bien sentis dans le ventre, une torture aussi visuelle que menta

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art