Precious... ou pas.

Precious... ou quand Miss Célie et Cosette réunies font "splash" dans le même marécage boueux du 3ème millénaire. Si d'aucuns considèrent ce film comme un chef-d'oeuvre du genre (se référer aux standing ovations reçues au Festival de Cannes), je l'aurai personnellement pris comme une série de points de suspension en guise de réponse sadique à mes interrogations, perpétuelles durant une projection qui m'aura parue aussi pénible qu'interminable. Je cherche encore la réelle motivation de Lee Daniels, Oprah Winfrey et ses potes à avoir cautionné un tel étalage de misérabilisme d'égoût et une mise à nu aussi racoleuse de la souffrance humaine, sous prétexte de vouloir dénoncer l'exclusion avec po

Démineurs (... de fond de cave).

... "Démineurs" est d'une platitude monstre avec un début qui démarre en trombe truffé de prises de vue ultra léchées sur la première explosion sur le chef d'équipe des démineurs (Guy Pearce), de plans ralenti super esthétiques sur la poussière qui tressaute sur un véhicule à l'abandon et puis plus rien. Le reste du film et ses extraits de profils psychologiques aussi téléphonés que bâclés s'avère aussi palpitant que la séquence météo du câble qui t'annoncerait du gel sur l'ensemble du globe terrestre. Le chef remplaçant qui débarque avec ses airs de tête brûlée limite sociopathe à la Inspecteur Harry fusion Robocop du désert qui retrouve son humanité le temps d'un clin d'oeil en croyant déc

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art