Bobby

"Bobby" dresse le portrait de plusieurs individus, leur profil psychologique, classe sociale, ambitions, rêves et déceptions, avec plus ou moins quelques connexions entre certains personnages, tout ceci le temps d'une journée ; celle de l'assassinat de Robert Kennedy, et tout ce que ça implique d'eau de rose, d'idéal politique et d'espoir universel suscité par les discours super habités du gars. C'est vrai que si tu connais pas la vraie nature du clan Kennedy, et que tu te plonges dans l'atmosphère rose-bonbon des US à la fin des 60's, t'as toutes les chances de te laisser profondément berner (surtout à l'écoute du discours final en toile de fond après son assassinat), et te dire que ce gars

... Blood Diamonds.

... Je sors de projection avec une amie. J'irai droit au but ; Blood Diamond est une merde, donc officiellement un film standard tout droit sorti de l'industrie la plus pure (et putassière) d'Hollywood et son ramassis d'humanistes à la manque. Le genre à te fournir en vaseline et te la guérir à coup de cataplasmes juste après te l'avoir bien travaillé en profondeur. En dehors de Di Caprio et Hounsou (qui n'avaient 10 000 fois rien à foutre dans ce nanard vociférant qui aurait dû être allemand et projeté sur M6 dans la saga du dimanche), j'ai trouvé aucun intérêt supportable à ce film. Répliques négrophobes qui tuent suivies juste derrière d'un acte de bravoure avant le dernier souffle en hau

Act of Love... ou comment gâcher un bon film avec une promo de MERDE.

Je viens de voir "Act Of Love". Le sujet est pas mal traité et les acteurs sont bons. C'est pas un mauvais film. Y'a un côté "Barber Shop" en moins qui m'a pas mal plu en fait. J'avais découvert S LATHAN dans "Nip-Tuck" (ouais, ouais je sais ; nan j'ai pas honte), et elle avait déjà attiré mon attention à cette époque (très beau regard et belle à regarder dans ses rondeurs). J'ai surtout aimé la partie "diapo" noir et blanc pour illustrer le parcours des deux après la séparation, sur fond de Stevie Wonder (Wooooow.....). Clair que le doublage français est supra douteux. D'ailleurs il faut toujours ABSOLUMENT TOUJOURS voir les films de Snipes en VO (les VRAIS films hein - pas le genre "Passag

Quand "TALK TO ME" parle à mes tripes...

- "W.O.L. is a station of the people, for the people... by the people. - I'm the People." …Les gars, c'est les yeux encore embués de larmes et le cœur en flammes que j'agresse mon clavier de mes petits doigts musclés pour vous parler de "Talk To Me", qui relate la carrière de Petey Greene, ex-détenu reconverti en animateur radio des 60-70's dans la station WOL de Washington DC, et découvert par Dewey Hugues, devenu son ami et manager. http://cdn.itvs.org/adjust_your_color-05-thumb-large.jpg Escortée par une bande-son absolument mythique et flanqué d'un casting insupportable (Cheadle, Ejiofor, Cedric The Entertainer, Vondie Curtis Hall, Martin Sheen et Taraji P Henson), Talk To Me ne se conte

American Gangster - Une déception correcte

A chaud, sortie de salle avec un Homeboy et après un gros débat au Mc Do (:-D), je rentre donc de projection. … Et plutôt mitigée en fait. Sans dire qu’American Gangster est un mauvais film car restant quand même correct (ça veut pas dire que j'y retournerai non plus), il ne casse pas de briques pour autant – du moins pas autant que je l’aurais espéré, compte tenu du grand renfort de pub et d’encensement massif des médias dès sa sortie. On parlait de "classique" en vue, j’ai surtout vu un remix de clins d’oeils à d’autres classiques du genre, sans que le film en lui-même n'en devienne l’un d’eux un jour. Sans parvenir à l’expliquer, il manque quelque chose à ce film. A en juger par la façon

El Cantante... Le biopic DOUBLE PEINE.

Je viens de voir le (je crois pas sorti ici) "El Cantante" de Leon Ichaso (2007) sur la vie d'’Hector Lavoe, chanteur ayant durant une longue période accompagné le groupe de l’'Historique Willie Colon (les amateurs de Salsa savent). Plutôt réticente quant à la distribution (Marc Anthony pour Lavoe, et Jennifer Lopez pour Puchi – épouse du chanteur… et de l’'acteur qui joue le rôle du chanteur aussi youpiii...), j’'ai quand même voulu y jeter un œoeil, histoire de voir de quelle façon serait décrite la vie de ce musicos qui a (trully madly deeply) bercé mon enfance à coups de 33 tours astiqués à la soie liquide par mes parents (encore jouée sur mes platines et uploadé à mort sur mon mp3 ^^).

Miracle à Santa Anna - Ma rencontre avec Spike Lee - 12 Septembre 2008

Un… "petit" topo de l’avant première du dernier film de Spike Lee, à laquelle j’ai assisté ce soir. Je pouvais pas aller dormir sans mettre ça au propre pour vous ce soir alors allons-y gaiement. Pour commencer les gars de la Cinémathèque avaient dit vrai, les réservations étaient complètes et semblent être parties assez vite (ouverture des réserv’ mercredi dernier à 15 h --> "gain de cause" après 7 mn de ballotages téléphoniques particulièrement éprouvants). Ils conseillaient d’être là au moins trois quart d’heures à l’avance, j’y étais 1 h 15 avant (ça va pas ou quoi) ; SO : 18 h : retrait des billets 18 h 30 : accueil du public par un pot de bienvenue ; j’ai fait l’impasse sur les amuse-g

A l'affiche
Posts Recents
Archives
Suivez-moi
  • Facebook Basic Square

Crédit photo : Tallojah Makandal

  • Laheedjah Tikidanke
  • Laheedjah's ART
  • Laheedjah Tikidanke Art